'huile de saumon sauvage de l'Alaska™, est une source naturelle pour les acides gras oméga-3 essentiels, l'EPA et le DHA. Notre huile de saumon sauvage en vrac est obtenue à partir de saumon sauvage récolté dans les eaux vierges au large de la côte de l'Alaska. La pêche à partir de ces eaux vierges entraîne naturellement des niveaux inférieurs d'impuretés et fait de cette huile de poisson, une source favorable de ces acides gras vitaux.
Omégas complets , l’ Huile de saumon d’Alaska 100 % sauvage est le meilleur produit de sa catégorie, offrant le plein spectre synergique des 17 acides gras actifs (y compris les oméga 3, 5, 6, 7, 8 et 9), tous judicieusement dosés, tels qu’on les trouve dans la nature. Cette huile intégrale de saumon, obtenue dans le respect de l’environnement, est la plus pure du genre et celle de la meilleure qualité.

Propriétés naturelles de l'huile de saumon sauvage de l'Alaska

Huile de saumon sauvage d'Alaska contribue :

  • - au bon fonctionnement du cerveau par le DHA
  • - au maintien d'une bonne fonction cardiaque par le DHA
  • - au maintien d'une vision normale par le DHA et la Vitamine A
  • - au bon fonctionnement du système immunitaire par les Vitamines D3 et A
  • - au maintien d'une ossature et d'une fonction musculaire normale par la Vitamine D3
  • - au maintien d'une dentition normale par la Vitamine D3
  • - au maintien d'une belle peau par la Vitamine A
  • - au métabolisme du fer par la Vitamine A

Huile de saumon sauvage d'Alaska  joue un rôle :

  • - dans tous les troubles de comportement
  • - pour le maintien d'une belle peau : pour avoir une peau bien hydratée et douce (grâce aux omégas 7)
  • - pour préparer, renforcer et prolonger votre bronzage (grâce à l'astaxanthine, voir paragraphe ci-dessous)
  • - de prévention contre le vieillissement de la peau
  • - pour améliorer la vision
  • - dans les troubles de la mémoire.


L’huile de Krill vierge, est un supplément d’oméga-3 de haute qualité produit à partir d'Euphausia Superba (Krill) récolté dans l'océan Antarctique.

Valeurs nutritives du krill : Composé de 70% de protéines, 10% de gras (principalement mono insaturés) et 14% de minéraux, il contient également de nombreuses vitamines du groupe B de même que les vitamines A, E et D. Il est riche en fer, iode, cuivre, manganèse, chrome, sélénium et zinc.

Oméga-3

La teneur en acides gras oméga-3 du krill est un peu plus faible que celle de l'huile de poisson, mais les phospholipides et antioxydants présents dans l'huile du krill, semblent augmenter sa biodisponibilité et son absorption par l'organisme humain.

Une étude menée par l'Université Mc Gill de Montréal, a démontré que l'huile de krill était de 8 à 10 fois plus efficace que l'huile de poisson, pour abaisser le taux sanguin de cholestérol et augmenter le taux de bon cholestérol (HDL). Au cours de la même étude, les chercheurs ont également découvert que l'huile de krill abaissait le taux de glucose sanguin de 6% contre seulement 3% pour l'huile de poisson.

Les caractéristiques uniques de l’huile de krill vierge ™, comprennent les acides gras essentiels oméga-3, une teneur élevée en phospholipides et un antioxydant puissant et naturel, connu sous le nom d'astaxanthine. D'autres sources oméga-3 manquent d'antioxydants naturels de cette taille, ce qui les rend sujettes à l'oxydation et la dégradation. L'aspect rouge vibrant de l’huile de Krill vierge ™ est un résultat direct de la teneur naturelle en Astaxanthine.

Les Oméga-3 contenus dans les huiles de poissons exercent de nombreux bienfaits pour la santé, et parmi ceux-ci ils protègent l'organisme de la formation des caillots sanguins qui se forment autour des plaques de cholestérol. Mais en quantité élevée, ces mêmes Oméga-3 ont tendance à liquéfier le sang et à provoquer des saignements de la même manière que le fait l'aspirine.

La consommation normale recommandée pour un supplément d'Oméga-3 sous forme d'huile de poisson, est de 2000 mg par jour. Dans certains cas il peut être nécessaire de rechercher un apport de 4000 mg par jour. À partir de 3000 mg, on ne parle plus de dose d'entretien ou de prévention, mais de dose thérapeutique et dans ce cas précis le supplément d'huile de poisson ne devrait être consommé que sur prescription et sous surveillance d'un spécialiste de la santé.

Recommandations importantes :

Si vous souffrez régulièrement d'ecchymoses, si vous prenez régulièrement de l'aspirine, des médicaments pour diluer le sang, tels que la warfarine (Coumadin), si vous souffrez d'hémophilie acquise ou héréditaire, il convient de ne prendre les Oméga-3 que sur recommandation et supervision d'un spécialiste de la santé.

De combien de vitamine D avons-nous besoin ?

Une quantité de 15 nanogrammes par millilitre (ng/ml), équivalente à 37,5 nanomoles par litre (nmol/l) de 25-hydroxyvitamine D dans le sang est considérée comme suffisante pour maintenir un métabolisme du calcium normal chez une personne en bonne santé. Certains experts estiment toutefois que cette quantité est plutôt faible. Selon le Dietary Guidelines for Americans (2005), la quantité idéale serait de 80 nmol/l, sensiblement plus élevée donc. Un taux dans le sang inférieur à 11 ng/ml (27,5 nmol /l) indique une carence en vitamine D chez les bébés, les nouveau-nés et les jeunes enfants (réf. 2). 

L'Institute of Medicine of the National Academies américain a publié un tableau reprenant les prises quotidiennes recommandées de vitamine D, dans l'hypothèse où aucune vitamine D3 n'est synthétisée dans la peau par exposition au soleil :





Age

Prise minimum recommandée de vitamine D (en µg/jour et UI/jour)

Jusqu'à 50 ans

5 μg (= 200 IU)

de 50 à 70 ans

10 μg (= 400 IU)

Après 70 ans

15 μg (= 600 IU)

Grossesse

5 μg (= 200 IU)

Allaitement

5 μg (= 200 IU)

μg = micrograme ; 1 μg = 40 Unités Internationales (UI)

Les Dietary Guidelines for Americans (2005) recommandent aux personnes âgées, aux personnes à peau sombre et à toute personne insuffisamment exposée au soleil, de prendre un supplément de vitamine D sous la forme d'aliments ou de compléments enrichis en vitamine D. Le risque d'un apport insuffisant de vitamine D est supérieur au risque d'un apport excessif. Il n'est toutefois jamais bon d'exagérer : l'absorption excessive d'une substance alimentaire, quelle qu'elle soit, y compris de vitamine D, peut avoir un effet toxique. Une exposition excessive au soleil ne provoque pas de toxicité de la vitamine D mais augmente les risques de cancer de la peau.

La recherche sur l'huile de krill

Dr. Mercola

Depuis maintenant de nombreuses années, ma source préférée d'acides gras omega-3 — si vous ne consommez pas régulièrement de produits de la mer sains, comme du saumon sauvage d'Alaska, des sardines ou des anchois — est l’huile de krill. J’ai d'ailleurs été l’un des premiers à encourager la consommation de krill comme source exceptionnelle d’oméga-3 d'origine animale.

L’huile de krill est souvent comparée à l’huile de poisson, mais il existe plusieurs différences entre les deux, l’huile de krill étant au final un bien meilleur choix. J'ai été critiqué lorsque j’ai commencé à recommander le krill comme étant une solution plus saine et plus écologique que l’huile de poisson.

Mais au fil des ans, les chercheurs ont commencé à s’y intéresser de plus près, et chaque fois qu’une nouvelle étude sur le krill était publiée, sa liste de bienfaits pour la santé s'allongeait, et les différences entre l'huile de poisson et l'huile de krill étaient de plus en plus évidentes.





Les avantages de l’huile de krill sur l’huile de poisson

Plus puissante> Des études ont montré que l’huile de krill serait 48 fois plus puissante que l’huile de poisson. Cela signifie qu'il vous en faut une quantité bien moindre, comme l'a confirmé une étude de 2011 publiée dans le magazine Lipids.

Les chercheurs avaient donné à certains sujets 63% de moins d’EPA/DHA provenant de krill que ce qu’avait reçu le groupe prenant de l’huile de poisson, et pourtant les deux groupes présentaient des taux sanguins équivalents - ce qui signifie que le krill est plus puissant.

Contient des phospholipides
Les acides gras sont solubles dans l’eau, mais ils ne peuvent pas circuler dans le sang sous leur forme libre - ils ont besoin d’être véhiculés par des lipoprotéines.
Dans l’huile de krill, les oméga-3 sont attachés à des phospholipides, ce qui signifie que votre corps peut les absorber facilement.
Dans l’huile de poisson, les oméga-3 sont attachés à des triglycérides qui doivent être décomposés dans vos intestins en acides gras libres, les DHA et EPA. Environ 80 à 85% sont simplement éliminés dans vos intestins. Les études confirment que l'huile de krill est absorbée 10 à 15 fois mieux que l'huile de poisson.
Elle est également capable
de traverser la barrière hémato-encéphalique pour atteindre d'importantes structures cérébrales.
Les phospholipides sont aussi parmi les principaux composés des lipoprotéines de haute densité (HDL), qu’il est important d’avoir en quantité, et en permettant à vos cellules de maintenir leur intégrité structurelle, les phospholipides les aident à fonctionner correctement.

Contient de la phosphatidylcholine
Lorsque vous consommez de l’huile de poisson, votre foie doit la fixer à de la phosphatidylcholine, afin qu’elle puisse être utilisée par l’organisme. L’huile de krill contient déjà de la phosphatidylcholine, ce qui explique également sa biodisponibilité.
La phosphatidylcholine est composée en partie de choline, le précurseur du neurotransmetteur vital, l’acétylcholine, qui envoie des messages nerveux vers le cerveau, et de la triméthylglycine, qui protège votre foie.
La choline est importante pour le développement cérébral, l'apprentissage et la mémoire. La choline joue en fait un rôle vital dans le développement du cerveau chez le fœtus et l’enfant, elle est donc particulièrement importante si vous êtes enceinte ou allaitante.

Résiste à l’oxydation
L’huile de poisson est assez sujette à l’oxydation, et l’oxydation entraîne la formation de radicaux libres. La consommation de radicaux libres augmente encore vos besoins en antioxydants.
L’huile de poisson est très faible en antioxydants, alors que l’huile de krill contient de 
l’astaxanthine — probablement l'antioxydant naturel le plus puissant — ce qui explique que l’huile de krill soit si stable et résistante à l’oxydation.

Des évaluations indépendantes d’ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity, signifiant capacité d'absorption des radicaux oxygénés) ont établi que l’huile de krill (grâce à l’astaxanthine) possède un pouvoir antioxydant 300 fois plus puissant que celui de la vitamine A et de la vitamine E, 47 fois plus puissant que celui de la lutéine et plus de 34 fois plus puissant que le CoQ10.

Exempte de contaminant
En raison de la pollution généralisée des eaux, les poissons sont très souvent contaminés par du mercure et d’autres métaux lourds. Le krill de l’Antarctique n’est pas soumis à cette contamination.
Non seulement il est pêché dans des eaux plus propres, mais le krill étant au bas de l’échelle alimentaire, il se nourrit de phytoplancton et non pas de poisson contaminé.

Écologiquement durable
Le krill est bien plus durable que le poisson puisque c’est la plus grande biomasse du monde, ce qui fait de la récolte du krill l’une des pratiques les plus durables de la planète. La récolte du krill est de plus sujette à une réglementation stricte, et 1 à 2 % seulement de la biomasse totale de krill est récoltée chaque année.
La population de krill est surveillée par la Commission pour la conservation de la faune et la flore marine de l'Antarctique (CCAMLR). Le Marine Stewardship Council (MSC) certifie que la récolte est faite en conformité avec les critères stricts de durabilité pour éviter la surpêche.

Meilleure influence sur le métabolisme
Les chercheurs ont découvert que l’huile de krill est largement supérieure à l’huile de poisson s'agissant de son influence positive sur votre expression génétique et votre métabolisme.
Les gènes possèdent des « interrupteurs » qui peuvent être allumés et éteints et qui contrôlent littéralement tous les processus biochimiques de votre corps, et des nutriments comme les acides gras oméga-3 contrôlent ces interrupteurs.
Les acides gras permettent de diriger les processus métaboliques tels que la production de glucose, la synthèse des lipides, l’énergie cellulaire, l’oxydation, et des douzaines d'autres. Nous savons aujourd'hui que divers types et sources d’acides gras oméga-3 affectent les tissus hépatiques différemment, et c’est la question qu’une étude de 2011 de Frontiers in Genetics (un pôle de recherche suisse) devait examiner.

Elle a comparé les foies de souris nourries à l’huile de krill à ceux de souris nourries à l’huile de poisson en examinant l’expression génétique déclenchée par chacune des deux. Bien que les deux huiles contiennent des oméga-3, elles affectent de façon très différente les gènes qui contrôlent votre métabolisme. L’huile de Krill :

  • Améliore le métabolisme du glucose dans votre foie,

  • Favorise le métabolisme des lipides,

  • Aide à réguler la chaine respiratoire mitochondriale,

  • Diminue la synthèse du cholestérol,

L’huile de krill vous aide donc à diminuer vos taux de triglycérides et de cholestérol et à augmenter votre production d’énergie, L'année passée, une étude italienne a confirmé que l’huile de krill améliore le métabolisme des lipides et du glucose ainsi que la fonction mitochondriale, ce qui peut aider à prévenir la stéatose hépatique (maladie du « foie gras ») provoquée par une alimentation déséquilibrée (des régimes alimentaires riches en mauvais gras par exemple).
En stimulant certaines voies métaboliques mitochondriales, notamment l'oxydation des acides gras, les complexes de la chaine respiratoire et le cycle du Krebs, l’huile de krill aide à restaurer le métabolisme énergétique mitochondrial.

L’huile de krill peut être bénéfique dans le traitement de douzaines de maladies

Les maladies cardiovasculaires, l’hyperlipidémie ; diminution de la pression artérielle, des taux de triglycérides7 et de LDL (mauvais cholestérol), et augmentation du HDL (bon cholestérol).

La recherche suggère même que les oméga-3 de l’huile de krill peuvent donner de meilleurs résultats pour diminuer le cholestérol que les statines associées au sport.
Au cours d’une étude, une supplémentation a fait diminuer le taux de cholestérol de 33%.
À titre de comparaison, des patients traités par statines associées à un régime pauvre en graisses et à des exercices quotidiens pendant plusieurs mois ont vu leur cholestérol diminuer de 20% en moyenne.

Inflammation, diminution des protéines c-réactives

Stress oxydatif

Arthrose : Ostéoarthrite et polyarthrite Rhumatoïde (PR).
Au cours d'une étude, il a été observé que 300 mg d'huile de krill par jour réduit de façon significative l’inflammation, la douleur, la raideur et les troubles fonctionnels après seulement 7 jours, et de façon plus marquée encore après 14 jours.

Le syndrome métabolique, qui inclut l’obésité, le « foie gras », et le diabète de type 2 (en réduisant l’inflammation et la glycémie)

Le syndrome prémenstruel (SPM) et la dysménorrhée

Troubles neurologiques/cognitifs, notamment : perte de la mémoire, vieillissement cérébral, troubles de l'apprentissage et TDAH, autisme et dyslexie, Maladie de Parkinson

Cancer du côlon

Maladies rénales

Maladie de Crohn

Maladies auto-immunes, notamment lupus et néphropathie

Prévention des naissances prématurées, et stimulation du développement cérébral du nourrisson

La plupart des gens auraient besoin d’un supplément d’oméga-3

Bien que je recommande de satisfaire la majeure partie de vos besoins nutritionnels par votre alimentation, dans certains cas il est tout à fait justifié de prendre des suppléments. Les oméga-3 d'origine animale en sont un exemple, car la plupart des poissons sont trop contaminés pour qu’il soit sain de les consommer en grandes quantités.(Il existe toutefois des exceptions, comme le saumon sauvage d’Alaska et de plus petits poissons gras comme les sardines et les anchois.)

Ne vous y trompez pas, les acides gras oméga-3 sont réellement très importants pour une santé optimale, et de nombreux américains sont gravement carencés en ce nutriment. Pour empirer les choses, la plupart des gens consomment également bien trop d’acides gras oméga-6 que l’on trouve dans les huiles végétales et les aliments industriels. Selon une étude publiée en 2009, une carence en oméga-3 provoquerait ou contribuerait à 96.000 décès prématurés par an. Il a été démontré qu’un faible taux d’EPA et de DHA résulte en un risque accru de décès, toutes causes confondues, et accélère le déclin cognitif. Il a été également découvert que les personnes souffrant de dépression ont des taux sanguins d’oméga-3 plus faibles que les autres.

Indépendamment de votre âge et de votre sexe, ajouter à votre alimentation quotidienne un supplément d’oméga-3 de qualité, d'origine animale comme l’huile de krill, est l'une des méthodes les plus simples et les plus efficaces à mettre en œuvre pour protéger votre santé.